DallAX, 3ème épisode, point de non-retour ?

Rappel des épisodes précédents

Le banquier Bruno avait tout prévu pour que l’assureur Philippe lui succède à la tête de la prestigieuse camorra DallAX. Las, Philippe n’était pas tout à fait en règle avec le règlement intérieur, côté cotisations. Bruno avait en catastrophe fait appel à l’industriel Marwan qui, malheureusement, était en délicatesse avec le règlement, côté assiduité. Pour couronner le tout, la régularité de l’élection des nouveaux membres du conseil était quelque peu sujette à caution ! Pendant ce temps, le narrateur faisait pour la septième fois le tour des murailles de la cité …

Une Gorge profonde ?

Certains lecteurs ont craint que les difficultés de l’AX arrivent entre les pattes d’un méchant Canard. Je les rassure car c’est la très sérieuse Lettre A qui s’en est emparée en premier. Dès le 26 juin (journée noire pour les jaunes et les rouges), y paraissait un article de deux pages, intitulé « Association des diplômés de l’X : quand le comité d’audit vient jouer les trouble-fête ».  Le journaliste avait manifestement disposé avant le 26 juin d’informations de première main d’un initié, une sorte de Gorge profonde qui ne partagerait pas les dérives décidées par la majorité du conseil. Mais ce minoritaire n’a pas été jusqu’à démissionner du conseil pour marquer son désaccord avec la majorité, pas plus que le membre du conseil qui a voté le 25 juin contre le budget. Mais c’est peut-être le même ?

Un mandataire ad hoc ?

Pour mettre les points sur les i, mon avocat a écrit le 5 juillet au président auto-proclamé de l’AX que la reprise de l’AG était prévue le 26 juin à 18 h 30 à la Maison des X afin de pourvoir au renouvellement du CA à la suite du dépouillement des votes effectué le matin ; que son client s’y est présenté au jour et à l’heure dits et a pu constater que cette reprise n’a pas eu lieu ; que ce constat a été partagé par plusieurs autres sociétaires s’étant également déplacés pour la circonstance ; que le CA s’était réuni à l’heure même prévue pour la reprise de l’AG ; qu’il en a rencontré les membres qui lui ont indiqué – ainsi qu’à quelques autres personnes présentes – le résultat du vote du CA ; qu’il apparaît ainsi que n’a pas été respecté le formalisme prévu pour la tenue de l’AG et pour la proclamation des résultats du vote après « la vérification par le conseil de la régularité des opérations », comme le prévoit l’article 5 du Règlement Intérieur.

L’avocat ajoutait que cette situation est d’autant plus dommageable que la régularité de certaines des candidatures soumises au vote était l’objet de critiques importantes – exprimées notamment par le comité d’audit, sans que toutes soient fondées – et que l’AG pouvait en conséquence légitimement attendre des explications sur la proclamation du résultat des votes exprimés, ce vote étant l’expression de sa principale prérogative (et non celle du CA). Elle entache non seulement la proclamation du résultat de ce vote, mais aussi la validité des décisions subséquentes prises par un CA dont la composition ne peut dès lors pas être aujourd’hui regardée comme régulière.

L’avocat concluait qu’il lui apparaît nécessaire dans ces conditions de régulariser cette situation en re-convoquant l’AG afin que la seconde partie de la réunion qui aurait dû avoir lieu le 26 juin à 18h30 se tienne effectivement et que l’AG soit en mesure de se prononcer sur la proclamation des résultats des élections des membres du CA.

A défaut, la justice devrait nommer en urgence un mandataire ad hoc pour faire cette convocation.

On se régale au prince de Galles

Marwan m’a gentiment invité à un petit déjeuner jeudi au Prince de Galles pour m’exposer en tête-à-tête ses intentions de modernisation de l’AX et m’expliquer qu’il a besoin de temps pour ce faire. Il m’a fait une très bonne impression mais je lui ai dit qu’il devait avant toute chose convoquer lui-même l’AG prévue le 26 juin afin de régulariser sa situation et d’éviter un scandale imminent. Je lui ai exposé qu’il aurait tout à gagner à le faire, même si l’avocat de l’AX n’est pas convaincu que c’est absolument nécessaire. Il montrerait ainsi à la communauté polytechnicienne qu’il veut vraiment réformer notre association vermoulue et qu’il ne veut pas se solidariser avec les responsables de son fiasco, même s’il leur doit sa propre élection. Qui se plaindra s’ils démissionnent ?

Vous en saurez plus dans le prochain épisode de cette passionnante saga hebdomadaire. Et, bien sûr, vous avez le droit de nous faire part de vos commentaires et de diffuser ce message à votre promo sans modération !

Bonne lecture et bonne fête nationale

Hubert Lévy-Lambert, sociétaire perpétuel et bienfaiteur de l’AX

hll@melix.net

DallAX, deuxième épisode (5 juillet) : plainte contre X ?

Rappel du premier épisode (le 26 juin, une journée noire chez les jaunes et les rouges)

Le banquier Bruno avait tout prévu pour que l’assureur Philippe lui succède sans coup férir à la tête de la prestigieuse camorra Dallax. Las, Philippe, qui veillait scrupuleusement à ce que ses millions de clients payent leurs cotisations en temps et en heure, n’avait pas trouvé le temps de payer la sienne. De minimis non curat praetor ! Bruno avait en catastrophe fait appel à Marwan qui, après avoir passé des années à vendre des autobus volants à travers le monde, était en villégiature en Polynésie avec un ancien premier ministre. Las, mécontent d’être évincé sur la base d’un dossier secret, le narrateur, qui pensait, comme Josué,  que la septième fois serait la bonne, mettait les pieds dans le plat et se demandait si l’élection de Marwan était bien régulière. Malgré tout, contrairement aux tragédies grecques, le nouveau conseil  terminait la journée dans la liesse avec un cocktail gigonnaire.

L’élection de Z

Dans cette série interactive, ce sont les lecteurs qui écrivent la suite de l’histoire à leur guise, comme dans T’A in fire, le dernier film de Sameh Zoabi. Cinquante nuances de réactions jaunes et rouges, de l’incrédulité à la colère en passant par la stupéfaction et l’indignation ! Plutôt que la soumission, la plupart recommandent de poursuivre la contestation. Certains recommandent la plainte contre X, la bien nommée ! Mais ils veulent savoir comment Zarrouati a pu être élu en 2014 sans être à jour de ses cotisations. C’est là qu’intervient l’ancien président de l’AX Laurent Billès-Garabédian (83), jusqu’ici resté dans l’ombre. Interpellé par le narrateur après l’AG de 2014, Laurent lui suggérait froidement de porter l’affaire devant la justice s’il n’était pas content. Avant qu’il ait pu peser le pour et le contre, Hubert recevait un appel de Jacques Biot (71), alors président de l’Ecole, lui recommandant gentiment de ne pas faire de vagues car mieux vaut tolérer une injustice que susciter un désordre. Cela ne vous rappelle rien ?

L’inaction de M

Au lu des déclarations de Marwan relatives au caractère inacceptable, intolérable et absurde de la situation actuelle, beaucoup de lecteurs se sont demandés ce qu’il a fait sur ce sujet au sein du conseil d’administration de Dallax dont il est membre depuis 2013 ? Aucun PV des 6 dernières années ne mentionne son intervention sur ce sujet (ni d’ailleurs sur aucun autre). En fait, ce détail lui avait échappé car il n’a assisté qu’à 3 séances du conseil sur 18 depuis la fin 2015. Il n’a néanmoins pas été radié en 2016 ni en 2017 ni en 2018 malgré le caractère impératif de l’article 8 du Règlement intérieur alors que les seules excuses possibles sont la maladie ou la force majeure. Il a toujours été en parfaite santé. Reste la force majeure. Mais aucun PV du conseil ne mentionne que son cas ait été étudié. Une seule explication selon certains : le comité d’audit aurait établi un dossier secret sur ce sujet. Logique puisqu’il s’occupait, avant d’en être exfiltré, de défendre Airbus contre de graves accusations de corruption par le Serious Fraud Office de Grande-Bretagne et le Department of Justice des USA. Secret Défense !

Le rapport S

Mais ne croyez pas que le conseil avait négligé la question. Elu en 2011 à la suite d’un putsch contre Christian Gérondeau (57), seul président de l’AX qui n’ait pas fait ses 4 ans depuis des décennies – même Daniel Dewavrin (58) avait fait ses 4 ans (2006-2010) bien que mis en examen en plein milieu de mandat – Laurent B-G avait nommé en octobre 2014 une commission chargée de proposer une réforme des statuts et du règlement intérieur. Présidée par Pierre Séguin (73), énarque, contrôleur général des armées, secrétaire général de l’AX, cette commission remettait son rapport en avril 2015 avec un éventail de propositions sur chaque sujet, afin de laisser au conseil le soin de choisir celle qui lui paraissait la plus appropriée. Les sujets traités étaient : 1) sélection des candidats au Conseil ;  2) dématérialisation des documents de gouvernance ; 3) mandats au Conseil ; 4) paiement des cotisations ; 5) situation particulière des veuves ; 6) groupes X ; 7) missions de l’AX ; 8) problématique de l’obsolescence. Et tenez vous bien, Laurent m’avait nommé membre de la commission et j’étais précisément chargé du point 1 !

Las, effrayé de sa hardiesse et prétextant qu’il fallait avant toute chose savoir quelles conséquences aurait le rapport Attali (l’énarque, pas l’X) sur la définition du polytechnicien et qu’il ne fallait pas déranger trop souvent le service du ministère de l’Intérieur en charge des associations d’utilité publique, Laurent décidait qu’il était urgent de ranger le rapport au placard. Ignorant superbement ce rapport, son successeur Bruno n’hésitait pas à soumettre à l’AG de  juin 2017 une mini- réforme portant sur 3 points : 1) nommer le président de l’X membre de droit ; 2) permettre le vote dématérialisé ; 3) renforcer le lien avec les groupes X. Cette réforme, dont seul le point 1 a été mis en œuvre, a été approuvée par 1361 voix sur 1620, soit 84 % des votes exprimés mais moins de 4 % des 36.422 membres de l’association selon le site de l’AX, qui ne précise pas pudiquement combien sont de vrais membres à jour de leur cotisation ?

Des parrains à gogo

Beaucoup d’entre vous m’ont gentiment proposé de me parrainer. Certains m’ont expliqué qu’ils ne payaient plus leur cotisation depuis longtemps mais sont allés jusqu’à proposer de payer leur arriéré sur le champ si c’était nécessaire pour être parrain ! Je les en remercie vivement mais je leur confirme que c’était inutile pour deux raisons. 1) comme je l’ai déjà dit, j’ai plus de 90 parrainages valables (parrains en vie et en règle) ; 2) en m’inscrivant sur les bulletins de vote, l’AX a implicitement considéré que j’étais éligible et ne pouvait pas se déjuger a posteriori, nonobstant le rapport secret du comité d’audit, car il lui était facile de vérifier que mes parrainages étaient bien dans ses dossiers. En cela, mon cas était différent des 3 autres qui étaient irrémédiablement inéligibles pour cause de non-paiement de cotisation. Nemo auditur turpitudinem allegans !

L’initiative hardie

Beaucoup de lecteurs m’ont demandé quelle initiative hardie j’aurais proposé à Marwan pour lui permettre de se sortir du guêpier dans lequel il se trouve. Il s’agissait ni plus ni moins qu’il reconnaisse que la seconde partie de l’AG n’avait pas eu lieu, de la re-convoquer dans les règles avant fin juillet et de tenir un conseil d’administration dans la foulée pour désigner un nouveau bureau.

Marwan a encore quelques jours pour mettre en oeuvre cette solution amiable qui est certes douloureuse pour lui mais surtout pour l’équipe sortante à laquelle il peut facilement faire porter le chapeau.

Vous en saurez plus dans le troisième épisode de cette passionnante saga, à venir bientôt. Comme pour le présent épisode, vos suggestions seront les bienvenues. Et, bien sûr, vous avez le droit de diffuser ce message à votre promo et à vos amis sans modération !

Hubert Lévy-Lambert, alias Josué

DallAX, nouvelle série, premier épisode (28 juin), le 26 juin, journée noire pour les jaunes et les rouges !

Chers camarades,

Excusez la longueur de mon message et la possible duplication mais il y a matière. Si vous connaissez le neuvième travail d’Hercule et si vous avez aimé Dallas, vous aimerez le feuilleton qui suit….

Marwan Lahoud (83) a été élu président de l’AX le 26 juin. C’est un personnage hors du commun, qui fait honneur à l’X et à la France. Son élection soulève malheureusement quelques problèmes. Pour les comprendre, il faut partir de son message du 28 juin à la communauté où il écrit :


« …Dès notre première réunion, tenue dans la foulée de l’élection, il nous est apparu qu’un travail sur notre fonctionnement et en particulier la clarification des règles de sélection et d’élection des membres du Conseil devait être mené dans les plus brefs délais. En effet le Conseil avait soumis au vote de notre Assemblée Générale, le renouvellement de quatre de ses membres rééligibles, l’élection de deux nouveaux candidats sélectionnés par lui et l’élection d’un candidat qui s’était spontanément présenté conformément à la possibilité offerte par nos statuts, à la condition de réunir quarante parrainages pour cette élection. 

A la suite d’une objection, soulevée par un de nos membres, relative aux conditions d’éligibilité de candidats proposés par le conseil, le Président Bruno Angles a décidé de saisir le comité d’audit pour un examen factuel et une analyse approfondie de la situation de tous les candidats en vue de préparer une décision du Conseil, dans sa composition 2019, avant la proclamation des résultats. Le Conseil n’a malheureusement pu que constater l’impossibilité de proclamer l’élection de plusieurs des candidats à l’élection ou au renouvellement. 

Une telle situation est franchement inacceptable à plus d’un titre. Pour les intéressés d’abord qui ne demandent qu’à contribuer et à servir notre association, notre communauté et notre école et qui pour la plupart ont déjà beaucoup apporté. Mais c’est également intolérable pour l’AX qui ne peut aspirer à moins que l’excellence en matière de gouvernance. Le Conseil va s’atteler immédiatement à la tâche avec le support du délégué général et des membres du Conseil. L’objectif est que la situation absurde que nous venons de vivre ne puisse plus se reproduire et qu’à tout le moins, les votes que vous exprimerez à l’avenir ne soient pas vains… »

Inacceptable, intolérable, absurde, vous souscrivez tous à ce diagnostic ! Mais vous ne savez pas tout !!

1) Je suis le candidat qui s’était spontanément présenté. Pour ceux qui me connaissent, ce n’est pas la première fois, je crois que c’est la septième ! N’étant jamais agréé par le conseil de l’AX, je me demande bien pourquoi, je dois être appuyé par au moins 40 parrains (article 3 du règlement intérieur). J’en ai envoyé 130 en 2013 (!) et jusqu’ici  l’AX ne me demandait pas de les renvoyer chaque année car ils n’ont pas de date de péremption comme des yaourts. Le délégué général Yves Demay (77) m’ayant laissé entendre cette année qu’il allait me chercher des poux dans la tête,  je lui en ai envoyé 40 mais il m’a dit que l’un d’entre eux était mort et que d’autres n’étaient pas à jour de leur cotisation. Je lui ai alors envoyé les 90 autres et indiqué que le total de mes parrains vivants et à jour de leur cotisation était supérieur à 90. Rien n’y a fait. Le comité d’audit, présidé par le camarade Jean-Christophe Mieszala (85), n’a pas voulu en entendre parler et mon sort a été scellé sur la base d’un dossier secret. Je renvoie ceux à qui cela ne rappelle rien à mon article de la Jaune et la Rouge de janvier 1995…

2) Je suis le membre qui a soulevé une objection. J’ai appris que le camarade Philippe Donnet (80), brillant président de Generali, avait manifesté en début d’année un intérêt aussi puissant qu’inattendu pour l’AX et pressenti par Bruno Angles pour lui succéder, avait versé en février 2019 ses cotisations 2017 et 2018 sous forme de chèque antidaté, enregistré dans la comptabilité 2018 de l’AX, avec la complicité du délégué général Demay. Il est vrai que la comptabilité de l’AX est mal tenue mais j’ai jeté un froid quand j’ai signalé que le faux et l’usage de faux était passible de l’article 441-1 du code pénal. Ne voyez pas de cause à effet entre mon rôle de lanceur d’alerte et la déclaration de mon inéligibilité par un comité d’audit au-dessus de tout soupçon.

3) L’impossibilité de proclamer l’élection de 4 des 7 candidats est une manière élégante de dire qu’ils ont été considérés comme inéligibles par le comité d’audit. Mais vous devez savoir que ledit comité a disjoint mon cas, me considérant, comme je l’ai indiqué plus haut, inéligible sans aucun doute possible pour insuffisance de parrainages, de celui de Béatrice Cossa (94), Philippe Donnet (80) et Pierre Pringuet (69), pour lesquels il considère qu’il y a doute quant à la date de paiement de leurs cotisations 2017 et 2018 (article 2 du règlement intérieur), sans leur accorder pour autant le bénéfice du doute. A titre d’exemple, appréciez le balancement circonspect du rédacteur du rapport secret pour exécuter Philippe Donnet : « … Il n’est par conséquent pas possible de prouver que sa cotisation 2018 n’a pas été acquittée en 2018 (chèque rédigé et envoyé en 2018), mais il est également impossible de prouver le contraire. Dit autrement, Philippe Donnet a bien acquitté les deux dernières cotisations mais il ne peut être prouvé qu’elles l’ont été dans leur année d’exigibilité. » CQFD.

4) L’objectif annoncé par Bruno Angles il y a 4 ans était de faire de l’AX une des meilleures associations d’anciens du monde (sic !). Les Assemblées générales sont néanmoins encore, comme au XIXème siècle, coupées d’une pause d’une journée pour effectuer le dépouillement. L’AG était donc convoquée le 25 juin à 18 h 30 pour le rapport d’activité et les comptes et le 26 juin à 18 h 30 pour le résultat des élections. 

5) La première partie de l’AG a eu lieu le 25 juin à 19 h 30, avec une heure de retard. Le rapport moral, le rapport financier, le rapport du CAC, l’agrément des nouveaux groupes X ont été expédiés en une petite heure car le président Bruno Angles avait jugé bon d’introduire à l’improviste une discussion à 18 h 30 sur l’origine sociale des élèves de l’X, sujet certes brûlant mais pas inscrit à l’ordre du jour officiel envoyé aux membres de l’AX. Péché véniel par rapport aux autres mais qui a empêché une discussion sérieuse sur la stratégie de l’AX et sur les raisons du déficit abyssal des comptes 2018 (poursuite de la baisse du nombre de cotisants, perte de 1 M€ sur le portefeuille titres, fonds de roulement négatif, etc) et sur les moyens de les redresser sans retenir le miroir aux alouettes que constituerait le retour à la cotisation à vie, même si HEC y a succombé. Les promos d’avant 1963 savent ce qu’il en est ! Quoi qu’il en soit, la première partie de l’AG a approuvé à 99,9 % des voix la totalité des résolutions présentées, y compris les comptes !

6) Le dépouillement des voix a eu lieu dans la matinée du 26 juin, sans que, en tant que candidat, je soie informé du lieu et de l’heure. Selon le PV signé par Pierre Moutton (53) président, Nicolas Zarpas (58) et Victor Combal-Weiss (06) assesseurs, 1396 enveloppes bleues ont été reçues, contenant 1337 votes valables, soit un taux d’abstention faramineux. Les 6 candidats officiels étaient dans un mouchoir de poche, entre 1306 voix pour Caroline Laurent (82) et 1260 voix pour Béatrice Cossa (94). Inscrit à l’écart sur les bulletins de vote, votre serviteur remercie vivement les 193 camarades qui ont réussi sans se tromper à inscrire son nom sur leur bulletin à la place d’un candidat officiel. Détail important : le président Moutton a fait précéder sa signature de la mention suivante qui a mis Yves Demay en fureur : « a constaté sur l’annuaire 2018 que Philippe Donnet était classé (t) et est donc inéligible ». Moutton connait la question car il présidait également le bureau de dépouillement en 2014 qui a déclaré élu Olivier Zarrouati (77), pourtant alors en délicatesse avec ses cotisations. Le même Zarrouati vient d’être nommé trésorier. C’est un peu le contrebandier devenu douanier ?

7) La deuxième partie de l’AG devait avoir lieu le 26 juin à 18 h 30. A ma grande surprise, une réunion du conseil d’administration était programmée à la même heure ! J’y suis allé, pensant que c’était en fait l’AG mais j’ai été reçu sèchement par Bruno Angles qui m’a dit que ce conseil avait pour objet de vérifier la régularité des opérations (art 5 du règlement intérieur) et que l’AG suivrait. Une heure après, les 25 membres du conseil sont sortis et Laurent Vitse (88) a commencé à lire dans la cour un papier a capella. Interloqué, j’ai demandé si l’AG avait lieu dans la cour. Tout ce petit monde s’est alors translaté dans la petite salle Louis Armand où la moitié a dû rester debout. Vitse a recommencé à lire et j’ai demandé s’il y avait une liste de présence. Yves Demay a alors sorti une feuille vierge où chacun a inscrit son nom mais il n’a pas été constitué de bureau. Vitse a alors lu les 4 résolutions qui venaient d’être prises par le conseil, savoir : 

  • Hubert Lévy-Lambert (53) est inéligible pour non respect de l’article 3 du règlement intérieur ;
  • Les conditions ne sont pas réunies pour proclamer le résultat des élections concernant Béatrice Cossa (94), Philippe Donnet (80) et Pierre Pringuet (69) ;
  • Sont élus Nicolas Iooss (10), Caroline Laurent (82) et Pierre-Eric Pommellet (84) ;
  • Le nouveau conseil se réunira avec 22 membres.

Pris au dépourvu, j’ai rappelé que l’AX avait depuis plusieurs années mes 130 parrainages et que je venais de vérifier que plus de 90 d’entre eux étaient vivants et à jour de leur cotisation et j’ai demandé à avoir le rapport du comité d’audit. Il m’a été répondu qu’il était secret. cela ne vous rappelle rien ? Yves Demay a reconnu qu’il avait bien ma liste mais qu’elle datait et qu’il aurait fallu que je justifie que les parrains n’avaient pas changé d’avis. Décidément, les lois de la République ne s’appliquent pas à l’AX, la charge de la preuve incombant à l’accusé ! Personne n’a pris ma défense sauf Tru-Do-Khac (79), seul non membre du conseil présent dans la salle en dehors de moi. Je n’ai pas entendu Marwan Lahoud, figurant pourtant sur ma liste de parrains. Bruno Angles a alors invité les membres du conseil à se rendre dans la salle Aigle pour procéder à l’élection du nouveau bureau. L’assemblée s’était terminée sans qu’aucune résolution soit mise au vote. Je n’ai jamais vu cela dans ma longue carrière !

8) Ainsi qu’il est expliqué dans le message par lequel j’ai commencé ma saga, le nouveau conseil, dénommé conseil 2020, a effectivement désigné Marwan Lahoud comme président mais cette décision n’a pas été rapide pour deux raisons. D’une part, il y avait un autre candidat, Laurent Daniel (96), président de X Sursaut et vice-président de l’AX dans le conseil 2019, qui a eu quelques voix. D’autre part et surtout, il a été fait remarquer que Marwan aurait dû être radié du conseil en vertu de l’article 8 du règlement intérieur qui stipule que « Tout membre du conseil qui, pendant le cours de l’année, a manqué au moins la moitié des séances, est considéré comme démissionnaire, quand bien même aurait-il donné pouvoir ; l’excuse pour cause de maladie ou pour cas de force majeure, dont le conseil sera juge, peut seule être invoquée. » Or Marwan a assisté à une seule des 5 séances de 2018 et zéro en 2019 et, si on remonte dans le temps, 2 sur 5 en 2017 et zéro sur 5 en 2016 ! Il a certainement toutes les qualités pour être président de l’AX mais il semble qu’il devrait avoir été radié depuis longtemps pour manque d’assiduité.

9) L’histoire n’est pas finie. Ce conseil a duré très tard dans la nuit. Bruno Angles avait inscrit à l’ordre du jour la cooptation de nouveaux membres par une application curieuse de l’article 5 des statuts qui dit : « En cas de vacance, le conseil peut pourvoir provisoirement au remplacement de ses membres élus. Il est procédé à leur remplacement définitif par la plus prochaine assemblée générale. » Cet article s’applique en principe à un décès ou une démission, manifestement pas à une inéligibilité mais Bruno s’appuyait sur le rapport (secret) de l’inénarrable président du comité d’audit qui n’hésitait pas à écrire ce qui suit : « le comité d’audit trouverait élégant que Philippe Donnet et Béatrice Cossa soient cooptés lorsque le nouveau conseil se réunira. » (sic). Bruno voulait faire cette cooptation au tout début du conseil, alors qu’il était encore président mais, fort heureusement, le conseil a d’abord nommé le nouveau bureau et Marwan s’est opposé à cet abus de droit. Trop c’est trop !

10) J’ai rencontré longuement Marwan ce matin à sa demande. Je lui ai dit que, si j’avais été élu, j’aurais entrepris en priorité un diagnostic des finances de l’AX et de ses programmes immobiliers et je lui ai exposé que l’annulation de la seconde partie de l’AG du 26 juin et du conseil qui l’a suivie me paraissait inéluctable pour les raisons développées plus haut, sauf si l’AX prenait d’urgence une initiative hardie pour éviter le scandale. Nous verrons lundi ce qu’il en est.

Bonne lecture et bon week-end.

Hubert Lévy-Lambert (53)

Sociétaire perpétuel et bienfaiteur de l’AX (oui, cela existe, cf article 3 des statuts !)

Serial créateur de groupes X (X Démographie, X Israël, X Sursaut, X Magnan décennal, X Monument, Ars Arago, Amusix)

PS Vous êtes autorisés à faire suivre ce message à vos cocons sans modération car il ne faut pas compter sur l’AX pour faire le service après-vente !.

PS2 Je sais que je ne vais pas me faire que des amis mais je mets au défi ceux qui s’estimeraient diffamés de m’attaquer en justice