Portraits de polytechniciens Xtraordinaires #14

« Il ne suffit pas d’entrer à l’X pour sortir de l’ordinaire »

Voici la dernière moisson de polytechniciens qui ont attiré mon attention au cours du mois écoulé. Encore une fois, pour répondre à certaines interrogations, voire critiques, je précise qu’extraordinaire n’est pas forcément synonyme d’admirable.

  • Jérôme Bastianelli (X 90), proustien
Jérôme Bastianelli

Né en 1970, Jérôme est le fils de professeurs de mathématiques. A sa sortie de l’X, il entre au corps des ingénieurs de l’aviation civile (fusionné en 2003 avec les ponts). Après quelques années au ministère des transports, il entre au musée du quai Branly Jacques Chirac, dont il est nommé directeur général adjoint en 2009 puis directeur général en 2015.

Il est en outre président de l’association des amis de Marcel Proust auquel il a consacré plusieurs ouvrages dont Dictionnaire Proust Ruskin (Madeleine d’Or 2017), La vraie vie de Vinteuil (Prix Louis Barthou 2020) ou Les Années retrouvées de Marcel Proust (2022).

Critique musical et écrivain, on doit à Jérôme les biographies de Mendelssohn, Tchaïkovski, Bizet et Mompou et la participation à des dictionnaires sur Verdi, Bach et Mozart. Il a en outre quelques violons d’Ingres : il joue du piano et du violon à ses moments perdus, mais en a-t-il ??

Pierre Laszlo a fait le portrait de Jérôme dans la Jaune et la Rouge d’avril 2021.

  • Antonin Baudry (X 94), diplomate
Antonin Baudry alias Abel Lanzac

Né en 1975 à Paris, Antonin fait sa prépa à Louis le Grand, entre à l’X en 94 et en sort dans le Corps des Ponts. Très éclectique, il entre en 98 à Normale Lettres et obtient un DEA en études cinématographiques. En 2002, il est chargé des discours du ministre au cabinet de Dominique de Villepin au quai d’Orsay. Il le suit place Beauvau puis à Matignon avant d’être nommé conseiller culturel à Madrid puis à Washington.

Sous le nom de Abel Lanzac, il raconte en 2010 sous une forme humoristique la préparation du discours de Villepin à l’ONU contre l’invasion de l’Irak dans la BD Quai d’Orsay, illustrée par Christophe Blain, qui vient d’illustrer Un monde sans fin de J-M Jancovici (voir plus bas). Le tome II de Quai d’Orsay obtient le Fauve d’or au festival d’Angoulême en 2013 et un film à succès en sort en 2013. Antonin fait un autre film à succès : Le chant du loup en 2019.

Pierre Laszlo a fait le portrait d’Antonin dans la Jaune et la Rouge d’avril 2015.

  • Yves Brechet (X 81), matérialiste

Né en 1961 à Chamalières, entré à l’X en 81, Yves est un spécialiste des matériaux reconnu par ses pairs. Elu membre de l’Académie des sciences en 2010, il a été Haut-commissaire à l’énergie atomique de 2012 à 2018. Il est actuellement directeur scientifique de Saint-Gobain, professeur à l’université Monash à Melbourne et à l’université McMaster à Hamilton au Canada.

Peu après avoir quitté ses fonctions officielles, ayant retrouvé sa liberté de parole, il écrit en septembre 2019 un article incendiaire dans la revue Progressistes sur l’arrêt du programme ASTRID, une étude de cas de disparition de l’État stratège, qu’il qualifie de faute historique et de modèle de stupidité ou de cynisme.

Son successeur Patrick Landais, interrogé récemment par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale chargée d’établir les raisons de la perte de souveraineté et d’indépendance énergétique de la France, n’a pas mâché ses mots : «Depuis 4 ans, bien qu’ayant à plusieurs reprises indiqué ma disponibilité et mon souhait d’être pleinement associé aux actions de soutien au nucléaire dans le cadre des plans d’investissement d’avenir puis de France relance, les ministères et entités impliquées ne m’ont jamais sollicité pour participer aux réflexions et évaluations ayant conduit aux différentes mesures mises en place… »

On aurait fort à faire s’il fallait classer les responsables de la situation catastrophique de la France en matière énergétique depuis l’arrêt de Superphénix jusqu’à celui de Fessenheim en passant par l’interdiction d’explorer notre propre sous-sol de crainte d’y trouver du gaz…

En passant dans le domaine des transports, on peut féliciter ceux, dont notre actuelle première ministre, qui ont effacé 35 G€ de dette de la SNCF sans demander la moindre contrepartie aux cheminots ébahis et ceux qui leur ont fait le cadeau de Noël inespéré d’interdire l’avion là où il était en concurrence avec la SNCF.

Mais s’il y avait un prix Nobel de l’horreur économique, je voterais sans hésiter pour Claude Bartolone, qui, alors président de l’Assemblée Nationale, préconisait de fermer un maximum de centrales nucléaires car cela créait des emplois pour les démanteler…

  • Erwan Chauty (X 94), jérémiste
Erwan Chauty, sj

Après l’X et l’IFP, Erwan devient Jésuite. Doté de licences canoniques en théologie et en exégèse biblique, d’un doctorat en théologie et d’un doctorat canonique en théologie biblique, Erwan, passionné par le prophète biblique Jérémie, est membre du comité de rédaction des Cahiers Évangile, conseiller théologique de la revue Etudes et maître de conférences en exégèse.

Il a écrit plusieurs livres sur Jérémie, dont Qui aura sa vie comme butin ? Échos narratifs et révélation dans la lecture des oracles personnels de Jérémie (2020), Le livre de Jérémie. Signifier la Parole (2022) et Jérémie (à paraitre début 2023 dans la collection Mon ABC de la Bible) et de nombreux articles dont certains marquent son éclectisme, comme L’étrange calcul de l’oxygène dans l’aventure lunaire de Tintin ou Qu’est-il vraiment arrivé à Dina ?

Futur pape, comme François ? L’avenir le dira. En tout cas, rencontré après la messe annuelle de novembre à St Etienne du Mont en mémoire des X morts dans l’année, Jérémie m’a fortement impressionné par ses hauteurs de vue et son ouverture d’esprit. Ce n’est pas lui qui dirait, à l’instar de son très médiatique confrère Gaël Giraud, sj, ancien professeur à l’X,  que la propriété privée serait un concept issu de l’esclavage !

  • Céline Dufétel (X 00), payeuse
Céline Dufétel

Née en 1982, Céline S. Dufétel passe quelques années à Bethesda (Md) pendant son enfance. Elle entre à l’X en 2000 puis obtient en 2004 un diplôme d’études supérieures au Bendheim Center for Finance de Princeton.

Après des débuts comme associée chez McKinsey & Company puis directrice générale et responsable mondiale du marketing, de la gestion des produits et des services à la clientèle chez Neuberger Berman, Céline entre en 2017 chez T. Rowe Price, gestionnaire d’actifs Fortune 500, comme directrice de l’exploitation et directrice financière, poste qu’elle quitte en août 2021 pour devenir CFO & COO de Checkout.com, spécialiste de solutions de paiement numérique pour les entreprises, dont elle supervise les fonctions financières, de trésorerie et de stratégie de l’entreprise.

Céline a été membre du conseil d’administration de City Harvest, une organisation à but non lucratif basée à New York qui se consacre à aider à collecter de la nourriture pour des organisations communautaires.

Céline faisait partie des 40 femmes de moins de 40 ans (Top 40 under 40) de Fortune en 2020 et des 100 femmes les plus influentes de Barron dans la finance américaine en 2021. Chapeau l’artiste !

  • Jacques Gorphe (X 41), numismate

Né en 1920 à Libourne et mort en 2012, Jacques Gorphe entre à l’X en 1941 et devient historien médiéviste et numismate. Passionné de sa région, le Saintonge, il passe sa vie à reconstituer pièce par pièce le Trésor de Tayac, 500 monnaies d’or gauloises (statères) découvertes en 1893 à Tayac (Gironde), dont un fabuleux torque en or du IIème ou IIIème siècle avant JC. Le trésor a malheureusement été aussitôt dispersé et une grande partie fondue mais le torque et plusieurs statères sont aujourd’hui au musée d’Aquitaine à Bordeaux.

Le Trésor de Tayac, don Gorphe, BnF Richelieu

En 50 ans de ventes publiques à travers le monde, Jacques avait réussi à amasser plusieurs dizaines de statères, dont il a offert 16 en 2010 à la BnF. On peut les voir maintenant dans le magnifique musée qui vient d’ouvrir rue de Richelieu. Courez-y ! Le reste de sa collection été dispersée post mortem à Drouot en 2021.

  • Romain Labbé (D 18), capteur
Romain Labbé

Après un master en mécanique des fluides et une thèse au Laboratoire d’Hydrodynamique de l’X, Romain Labbé a co-fondé Phyling avec Jean-Philippe Boucher et Pierre-Olivier Barrioz. Cette start-up vise à améliorer lesperformances dans le sport grâce à l’instrumentation et l’analyse des données collectées. Accéléré au sein d’X-UP depuis octobre 2018, il a bénéficié du programme X-Grant*, financé par la Campagne Xvous.

Après l’aviron qui a servi de modèle, les fédérations du pentathlon et du rugby ont été les premières à faire appel aux services de Phyling qui accompagne aujourd’hui les professionnels du cyclisme, football, tennis, athlétisme, canoë-kayak, boxe, tennis de table, a accompagné nos cyclistes aux JO de 2020 et les accompagnera à nouveau aux JO de 2024, ainsi peut-être que pour le kayak, l’aviron et le BMX. Mais il faut le sacro-sain agrément des Fédérations internationales. Un travail de Romain !

  • Pierre Laszlo (X X), portraitiste
Pierre Laszlo

Né à Alger en 1938 d’un ingénieur hydraulicien né en Hongrie en 1907 et d’une directrice de studio de danse classique, Pierre étudie la chimie à Grenoble. Après avoir obtenu un doctorat ès sciences à la Sorbonne en 1965, il devient assistant professor à Princeton. Il est professeur à Liège de 1970 à 1999. En 1982, il enseigne la littérature française à l’université Johns-Hopkins en tant que professeur visiteur. Il est professeur titulaire de chimie à l’X de 1986 à 1999, date à laquelle il prend sa retraite universitaire.

Son domaine de recherche est la catalyse de réactions organiques sur des supports inorganiques ainsi que l’analyse par résonance magnétique nucléaire. Il est l’auteur de nombreux ouvrages depuis La Parole des choses, ou le langage de la chimie (1993) jusqu’à Drôle de chimie (2011) en passant par Qu’est-ce que l’alchimie (1996), Pourquoi la mer est-elle bleue (2002) ou A life and career in chemistry, autobiography from the 60’ to the 90’ (2006).

Pierre est connu des lecteurs de la Jaune et la Rouge pour ses portraits qu’il publie depuis des années dans cette revue, ce qui lui a valu, réponse du berger à la bergère, un Portrait du portraitiste par Alix Verdet dans le numéro de septembre 2019 et qui lui vaut, après Patrice Holiner, d’être nommé polytechnicien d’honneur. Il a annoncé récemment qu’il cherchait un jeune pour le remplacer. J’ai annoncé, pour rire, que j’étais candidat. Michel Berry, président du comité éditorial, dont le sens de l’humour n’est pas la première qualité – fils et petit-fils de commissaire de police oblige – a sévèrement pris position contre ma supposée candidature !

  • Christian Marbach (X 56), conteur

Il est inutile de présenter Christian Marbach (56), né en 1937 à Altkirch, sorti de l’X dans le corps des mines, fondateur de Sofinnova en 1971, président de la Cité des Sciences et de l’Industrie en 1987 et immortel organisateur des fêtes du bicentenaire en 1994, dont les Portraits de polytechniciens (2015) m’ont inspiré dans la création de ma série de mini-portraits (ma lettre du 2 mars). Infatigable, après les Contes du Barrandien (2020), dont une traduction en tchèque est en préparation, il vient de sortir Les 7 chats du général Dufour (Isidore Editions, 2022, 320 p.). Illustré comme les deux précédents par Claude Gondard (65), ce livre raconte la vie, vue par ses hypothétiques chats, de ce polytechnicien suisse qui joue un rôle capital dans la fondation de la Croix rouge aux côtés d’Henry Dunant.

Bis repetita

  • Jean-Marc Jancovici (X 81), un vrai écologiste

Je vous ai présenté Jean-Marc dans ma lettre de mars. Ce grand vulgarisateur des problèmes d’énergie était déjà connu sur les réseaux sociaux et les chaines d’information en continu mais il fait maintenant encore plus fort en s’affichant en grand format sur les murs du métropolitain avec sa BD bestseller, Le monde sans fin (Dargaud, 2022, 168 p.), avec Christophe Blain, qui a fait l’inoubliable BD Quai d’Orsay avec Antonin Baudry, cf supra, numéro un toutes catégories des ventes 2022, avec plus 500.000 exemplaires vendus. Chapeau l’artiste !

  • François Mayer (X 45), un vrai écrivain

J’ai fait le mini-portrait de François dans ma lettre d’août. Il a eu l’honneur de la rubrique de Pierre Laszlo dans la Jaune et la Rouge de décembre, sous le titre un peu péjoratif de « littéraire contrarié » alors que, selon certains, la Digue de sable mériterait le prix Goncourt. Je l’ai mis à cet effet entre les mains d’une coach expérimentée. Mais le jury éponyme attend peut-être qu’il fête ses cent ans pour le lui donner.

Courrier des lecteurs

  • Bonjour Hubert. Merci pour ce portrait, même si je ne suis pas certaine de sortir tant que ça de l’ordinaire… il est indiqué que je suis oncologue (c’est à dire médecin spécialisée en cancérologie), ce qui est inexact. Vous serait-il possible de rectifier ? Bien cordialement. Auriane Cano-Chancel (05). C’est fait, chère Auriane. Tes désirs sont des ordres. HLL Pour en savoir plus sur Auriane et les X dans le domaine de la santé, voir La Jaune et la Rouge de novembre 2019.
  • Mon cher Hubert, J’ai tiqué trois fois en lisant ton dernier envoi : 1) A propos de l’immigration africainequi, on le voit tous les jours, se déverse sur une Europe en hiver démographique … j’ai été choqué par le mot « se déverse ». Je ne l’emploierais pour aucune immigration passée, présente ou future, légale ou illégale. Et encore moins de la part d’Européens qui se sont « déversés » sur tous les continents depuis cinq siècles. 2) A propos de l’Amiral Courbet qui … part en Indochine en 1883 à bord du Bayard pour mater la rébellion des Pavillons Noirs et des Annamites appuyés par la Chine. Écrirais-tu que les troupes allemandes ont « maté » les maquisards du Vercors ? 3) A propos de Total,… ce qui le conduit malheureusement à participer à la lutte de certains élèves contre l’implantation d’un centre de recherche de Total sur le campus. Malheureusement ? C’est moins grave mais me semble inutile. Bien à toi. Alain Crémieux (55).
  • Mon cher Alain, J’apprécie beaucoup que tu fasses l’effort de lire ma prose et de la commenter. Je réponds à chacun de tes 3 points. 1) je maintiens le verbe « deverser » car je pense que les Européens d’aujourd’hui sont dans la même situation que les indiens d’Amérique ou les aborigènes d’Australie naguère. 2) je ne sais pas comment on dit « mater » en allemand mais je sais que c’est ce que les dirigeants de l’époque ont demandé à Courbet de faire. 3) je regrette vivement que ces jeunes irresponsables aient découragé Total de s’implanter près de l’école. Cordialement. HLL
  • Merci Hubert. J’ai lu le portrait très fidèle. Bien à toi, Olivier Dellenbach (81).
  • Bonjour Hubert, tu as commis quelques erreurs matérielles dans mon portrait relatif à Eurotunnel : j’ai été nommé administrateur en décembre 2004 (pas avril), Président en février 2005. Cette nomination n’a aucun lien avec le coup de force de N. Miguet, bien au contraire. La restructuration financière de 2007 a laissé 13% du capital aux actionnaires individuels. Le cours de bourse de Getlink a atteint 20€ l’été dernier : l’actionnaire d’origine qui a gardé ses actions s’en sort bien. Amitiés. Jacques Gounon (72). Bien noté, merci, j’ai mis ton message en bas de ma lettre de novembre. Bravo pour le cours de bourse, mais c’est trop tard pour moi qui n’ai plus d’actions depuis longtemps. HLL
  • 1. L’abbaye d’Hautecombe, où étaient enterrés les membres de la maison de Savoie -et donc les rois d’Italie- est au bord du lac du Bourget, plus grand lac français -et pas du lac d’Annecy.
    2. Certains choix sont discutables. Qui peut s’enorgueillir d’avoir participé à des répressions dans les anciennes colonies ? A-t-on demandé à Amédée Courbet s’il souhaitait faire partie de cette sélection ?
    3. Comment peut-on juger qu’un X de la promo 2017 est extraordinaire ? Serait-ce d’avoir extraordinairement perdu son temps ? Jean-Pierre Jouannaud (67). Sur le premier point, je suis doublement inexcusable d’avoir fait une erreur de lac car je suis admirateur de Lamartine et j’habite rue Bernard de Clairvaux, l’un des fondateurs de l’abbaye. Sur les deux autres, il ne faut pas confondre extraordinaire et admirable. HLL.

Vous connaissez des Xtraordinaires ? Signalez-les moi !

Merci d’avance et bonne fin d’année

Hubert Lévy-Lambert (X 53), fondateur de X Sursaut

Annexe récapitulative

Ci-après la liste des portraits que je vous ai présentés depuis le début de l’année : plus de cent, soit plus que Pierre Laszlo depuis l’origine des temps ! C’est dire, même s’il y a quelques recouvrements, que nous ne concourons pas dans la même catégorie. Avis aux membres du Comité éditorial de la Jaune et la Rouge, s’ils me lisent en douce. Et j’en ai encore beaucoup sous le pied, grâce à vous, chers lecteurs !

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :