Portraits de polytechniciens Xtraordinaires #11

« Il ne suffit pas d’entrer à l’X pour sortir de l’ordinaire »

Voici une nouvelle moisson de camarades jeunes et vieux, vivants et morts, qui ont attiré mon attention au cours du mois écoulé. Ce sont des personnages pas très ordinaires, mais pas forcément des modèles. Jugez-en !

  • Jean Bastien-Thiry (X 47), tyrannicide

Né en 1927 à Lunéville, Jean-Bastien-Thiry est l’ainé de 7 enfants. Son père Pierre (X 20 S), était lieutenant-colonel d’artillerie et son grand-père capitaine de cavalerie. Sorti de l’X puis de Supaéro comme ingénieur militaire de l’air, il conçoit le missile SS10 qui sera utilisé par les armées française, américaine et israélienne. Partisan de l’Algérie française, il considère que la politique algérienne du général de Gaulle est un crime contre l’humanité, terme curieusement repris par Macron dans son discours d’Alger du 14 février 2017 ! S’appuyant sur des écrits de Saint Thomas d’Aquin, il considère le tyrannicide comme légitime et organise plusieurs attentats contre le général de Gaulle, dont Pont sur Seine en septembre 1961 et le Petit Clamart le 22 août 1962, auquel le général échappe miraculeusement, sa voiture ayant été criblée de balles. Condamné par la Cour militaire de justice, il est passé par les armes en mars 1963 au fort d’Ivry. Malgré certaines requêtes, son nom ne figure pas sur le monument aux morts de l’Ecole, pas plus que celui de Louis Rossel (X 1862), délégué à la guerre de la Commune de Paris, fusillé en 1871 par les Versaillais pour trahison.

  • Nicolas Bouleau (X 65), mathématicien philosophe

Né en 1945 à Paris, Nicolas entre à l’X en 1965 et en sort dans le corps des Ponts et Chaussées et passe en même temps un diplôme d’architecte. Il s’occupe quelque temps de la création des villes nouvelles mais bifurque rapidement vers les mathématiques et crée le centre de recherche en mathématiques de l’Ecole des ponts dont il est aujourd’hui professeur émérite. Très éclectique, il s’intéresse aux probabilités, à l’économie et à la philosophie des sciences. Parmi ses nombreux ouvrages dans ces 3 domaines, on peut citer Processus stochastiques et applications (1988), Mathématiques et Risques financiers (2009), Introduction à la philosophie des sciences (2017), Théorie des erreurs (2019) ou Ce que Nature sait, La révolution combinatoire de la biologie et ses dangers (2021), pour lequel il a été interviewé par Robert Ranquet dans la Jaune et la Rouge de mai 2021.

Nicolas tient un blog dont le dernier article, daté du 17 juin 2022, s’intitule Sauver le climat. Il y explique que la crise des subprimes ayant fait l’objet d’un concert médiatique autour du risque systémique, rapidement l’opinion publique a été effrayée, les gouvernements ont remis à flot les banques et les principaux départs de feu ont été éteints. Rien de tel pour le climat…  Cliquez ici pour lire la suite.

  • René Coulomb (X 51), porteur d’eau
Entre les Forums de La Haye et Marseille (2012)
Jusqu’au Forum de La Haye (2000)

Sorti de l’X dans le corps des Ponts et Chaussées, Licencié es Sciences, René Coulomb a fait toute sa carrière dans le secteur de l’eau, étant successivement Ingénieur en Chef des services techniques de la Ville de Paris, Chef du service des Barrages-réservoirs de la Préfecture de la Seine, puis à la Lyonnaise des Eaux en tant que Chargé de la division eau, Directeur adjoint, Directeur, puis Directeur général avant de devenir Membre du Conseil de Surveillance de Suez-Lyonnaise des Eaux puis Conseiller du Président de Suez-Lyonnaise des Eaux. René Coulomb a également exercé de nombreuses responsabilités dans plusieurs organisations professionnelles. Au niveau national en tant que Président de la Société Hydrotechnique de France, Président du SPDE, Président du CI-Eau, Administrateur de l’Agence Seine-Normandie. Il fonde en 1996 le Conseil Mondial de l’Eau dont il devient Vice-Président puis Gouverneur. Il a écrit en 2011 une présentation en 2 volumes de cette structure originale, créée pour alerter les responsables des différents pays, à tous les niveaux, sur la nécessité de donner la priorité à la résolution des problèmes de l’eau au niveau mondial.

  • Jean-Marc Daniel (X 74), économiste libéral

Jean-Marc Daniel est né en 1954 à Bordeaux. Entré à l’X en 1974, il en sort dans le corps des administrateurs de l’Insee. Economiste libéral, il est professeur émérite à l’ESCP et directeur de la revue Sociétal. Très présent sur les réseaux sociaux, il fait des chroniques pour le Monde et pour BFM. Il a écrit de nombreux ouvrages dontLe Gâchis français. 40 ans de mensonges économiques (2015), Histoire de l’économie mondiale (2021) ou La Politique économique (2022). Il a été président éphémère de X Sursaut, entre moi et Laurent Daniel. Il vient de sortir un nouveau livre : Comprendre les crises économiques, fatalité ou nécessité, avec Cristina Peiculi (Puf, 2022, 250 p.). Il y explique que tout le monde parle de crise, tout le temps. Dans ces conditions, la crise devient la normalité. Chercher à comprendre ce qui mérite d’être appelé une crise est essentiel. Et analyser comment les crises naissent, comment elles évoluent, comment elles se résorbent et pourquoi elles sont nécessaires permet de s’y adapter au lieu de les subir.

  • Philippe Hayat (X 85), entrepreneur

Né à Neuilly/Seine en 1964, Philippe Hayat est également diplômé de l’Essec. Il a fondé en 2008 l’association 100 000 Entrepreneurs, visant à transmettre l’envie d’entreprendre aux jeunes, notamment dans les zones dites « sensibles ». Il a écrit plusieurs livres dont Entreprenez ! À l’indignation, préférez l’action (2012), Momo des Halles (2014, lauréat du Festival du premier roman de Chambéry), L’avenir à portée de main (2015) et Où bat le cœur du monde (2019, Prix Filigranes). Son dernier roman, La loi du désordre (2022), se passe à l’aube de la guerre de 14.

  • Jean-Bernard Lévy (X 73), électrocuté

Né en 1955 à Suresnes dans une famille d’origine lorraine, d’un père médecin et d’une mère professeur agrégée, Jean-Bernard entre à l’X en 1973 et en sort dans le Corps des Télécom, absorbé depuis lors par le Corps des mines. Après quelques années aux Télécom, il entre chez chez Matra, puis dirige le cabinet de Gérard Longuet à l’Industrie de 1993 à 95 puis devient Pdg de Matra, Dg d’Oddo, Dg puis Président de Vivendi, Pdg de Thales. Nommé Pdg d’EDF en 2014 et renouvelé en 2019, il vient d’annoncer qu’il souhaite quitter ses fonctions avant l’échéance de son mandat. Il est question qu’il soit remplacé par Luc Rémont (X 88, Armement), directeur chez Schneider Electric, mais le gouvernement tergiverse, hésitant entre la gouvernance à une ou à deux têtes.

Critiqué pour la mauvaise disponibilité des centrales nucléaires, Jean-Bernard n’a pas hésité à mettre les pieds dans le plat lors des journées du Medef du 29 août 2022 en expliquant que la loi du 17 août 2015 avait contraint EDF à fermer des centrales nucléaires, ce qui ne fait pas appel aux mêmes corps de métiers que la construction de nouvelles centrales. Macron a vivement réagi mais c’est bien lui qui a ordonné la fermeture de Fessenheim, en croyant se faire bien voir des écolos, avant de virer un peu tardivement sa cuti.

  • Jean Muzard (X 34), aviateur libre

Né le 17 mai 1914 à Santiago de parents franco-chiliens, Jean Jacques Muzard entre à l’X en 1934, comme son cousin Jean Robert Muzard (X 1930). Il en sort sous-lieutenant dans l’Armée de l’Air et est breveté pilote à Avord en 1937. Retourné au Chili en 1940, il entend l’appel du 18 juin et s’enregistre aux FAFL en mars 1942 à Santiago, comme pilote de chasse. Arrivé en Grande-Bretagne, il est nommé au Squadron 64 de la RAF puis au Squadron 329 « Cigognes » qui participe au Débarquement au-dessus de Caen et Bayeux. Son Spitfire devant atterrir en catastrophe en Normandie occupée, il est sauvé par un boulanger français qui le cache des nazis. Il finit la guerre comme capitaine avec la médaille de la Résistance française, avec rosette, la Croix de guerre avec palmes et la Légion d’honneur. Il meurt le 12 août 1990 au Chili.

François Mitterrand le cite dans la Lettre à Anne n° 830 (12.11.1971) lors de son voyage au Chili, comme un des rares Chiliens à avoir participé au Débarquement.

  • Frédéric Oudéa (X 81), pharmacien

Né en 1963 à Paris, Frédéric Oudéa est le fils d’un brillant gastro-entérologue d’origine hongroise, mort prématurément en 1976, et d’une chercheuse dans l’industrie pharmaceutique. Il entre à l’X en 1981 et fait ensuite l’ENA (promo 87) dont il sort dans l’Inspection des finances. Après la tournée traditionnelle des Inspecteurs et un bref passage au cabinet de Nicolas Sarkozy aux Finances, il entre à la Société générale en 1995. Il est propulsé brutalement en 2008 du poste de directeur financier au poste de directeur général puis de Pdg en remplacement de Daniel Bouton, poussé à la sortie suite à l’affaire Kerviel. Mais ce n’est pas parce que la SG a perdu 3 G€, soit un demi-Kerviel bien tassé, dans la cession de sa filiale russe que Frédéric vient d’annoncer son prochain départ de la SG, pour prendre la présidence de Sanofi. Il ne sera pas le premier Pdg de la SG à se reconvertir : Maurice Lauré (X 36), dont nous parlerons dans une prochaine lettre, n’est-il pas devenu Pdg du BHV et des Nouvelles Galeries à l’âge de 65 ans suite à son éviction par Mitterrand en 1982 ?

Frédéric a 5 enfants dont 2 avec Véronique Morali et 3 avec Amélie Oudéa-Castéra, ancienne championne de tennis, actuellement ministre des sports. Il vient d’être nommé président de la Fondation de l’Ecole polytechnique en remplacement de Denis Ranque (X 70). Cliquez ici pour plus de détails.

  • Angel Prieto (X 16), ange ou bête ?
ANNA WANDA GOGUSEY

Né en 1997, Angel Prieto fait partie, avec Kadi et Laviolette (notre lettre du 28 juillet), des jeunes contestataires qui ont mis un peu d’ambiance à la cérémonie de remise des diplômes du 24 juin sur le platâl. Sorti de l’X dans le corps des Mines, il a suivi la formation du Campus de la Transition. Il a cofondé le Manifeste étudiant pour un réveil écologique et est membre du groupe de travail sur l’ESG de l’Institut français des administrateurs (IFA). D’abord analyste pour Engie, il rejoint fin 2020 The Shift Project (présidé par Jean-Marc Jancovici, X 81, notre lettre du 31 mars), pour piloter le projet Administration publique. Il prend ensuite un poste d’analyste chez McKinsey au Maroc où il conseille des acteurs publics sur la transition bas-carbone en Afrique. Il participe en 2021 en tant qu’élève du corps des Mines à l’élaboration d’un tronc commun pour la formation initiale des hauts-fonctionnaires à la transition écologique et forme un groupe de travail inter-écoles pour verdir les formations de services public.

Cliquez ici pour plus de détails sur les actions d’Angel.

Actualités

Cette nouvelle rubrique vous fait part d’évènements concernant des camarades déjà cités, qui ont récemment défrayé à nouveau la chronique.

  • Antoine Compagnon (X 70, notre lettre du 2 mars et notre recension du 23 avril) après les étés avec Montaigne (2013), Baudelaire (2014) et Pascal (2020), nous a fait passer un été avec Colette (Ed. Equateurs, 2022). Elle a, selon lui, créé quatre mythes : Claudine ; Sido, Gigi, et Colette, elle-même, grand écrivain national, monstre sacré. Admirée par Simone de Beauvoir, pionnière de la transgression et de la provocation, elle fait souffler dans ses romans ce vent de liberté qui nous manque tant aujourd’hui. Un été avec Colette (Ed. Equateurs, 2022, 248 p.)
  •  
  • Jean-Pierre Dupuy (X 60, notre lettre du 27 juin) a publié en 2018 un livre intitulé La Guerre qui ne peut pas avoir lieu. Essai de métaphysique nucléaire. Il y concluait que si une guerre nucléaire mondiale devait se produire dans les prochaines décennies, elle mettrait initialement aux prises les États-Unis d’Amérique et non la Corée du Nord, dont le leader à l’époque se moquait cruellement du président américain, ni la Chine, mais la Russie. L’actualité fait que son livre est redécouvert aujourd’hui. Une publication en anglais va paraître, ainsi que plusieurs autres, dont une au Japon et une en Corée du Sud. Les éditions du Seuil vont le publier en collection de poche Points, actualisé pour tenir compte de la guerre larvée qui oppose la Russie aux puissances de l’OTAN et complété par une nouvelle préface de 30 pages. L’auteur serait heureux de recevoir critiques, objections, réfutations.
  •  

Courrier des lecteurs

  • Je vois que tu n’as rien compris aux raisons qui font que j’objecte à la publication de tes portraits dans la Jaune et la Rouge. C’est vrai qu’il n’y a pas beaucoup de place, et qu’il y a déjà une rubrique de portraits nettement plus originale et intéressante, celle de Pierre Laszlo. Il y a aussi pas mal d’inexactitudes ou de lacunes dans tes portraits, qui seraient évitées si tu montrais tes portraits aux personnes concernées (concernant le mien, je ne vois pas ce que tu dis d’intéressant pour un lecteur, à part le fait que je te résiste). Surtout, je n’ai pas dit qu’il était malvenu de mettre de l’emphase sur les qualités des X, mais qu’aujourd’hui, les X fassent leur auto-éloge par un auteur X, me semble malvenu. Ça irait pour une revue d’anciens élèves un peu potache et nombriliste, mais j’ai une autre vision de la JR. Michel Berry (63). Cher Michel, les raisons de ton opposition me paraissent spécieuses. J’aimerais connaitre l’avis des membres du Comité éditorial dont le silence est assourdissant. Et, pourquoi pas, l’avis des lecteurs de la Jaune et la Rouge ? HLL
  • Merci Hubert pour ta publication périodique de ces portraits qui me font découvrir à chaque fois des personnalités très intéressantes. Bien cordialement, Pascal Bouillon (79).
  • Cher ami, Si je lis avec intérêt tes portraits, je partage ce que dit Michel Berry. On ne peut faire paraitre dans la Jaune et la Rouge des éloges d’X déclarés « Extraordinaires » par un X. Certains en arrivent même à compléter tes « portraits » pour faire leur auto-éloge ! Quant à François Mayer il demande son portrait ! Même si le Corps des Mines est exceptionnel, la proportion de ses membres dans ta « liste » est sans commune mesure avec leur nombre dans les promotions ! J’ai préféré les articles que tu as publié dans la Jaune et la Rouge sur des X exceptionnels que nous avons connu tous les deux, Pène et Herz. Cordialement. René Coulomb (51). Crois bien que c’est involontaire. J’essaye déjà de panacher les âges et les sexes, les vivants et les morts ainsi que les bons et les mauvais car, contrairement à ce que Berry croit, extraordinaire n’est pas synonyme d’excellent. Je vais essayer d’équilibrer aussi les Corps mais je dois également veiller aux couleurs car il parait que j’ai mis 51 % de jaunes😊 HLL
  •  
  • Cher Hubert, Merci de ton envoi, une fois de plus, fort intéressant. Anecdote qui m’a été rapportée par Jean Touz (X 30 ou 29 (?)) longtemps DRH d’EDF, témoin oculaire de la scène. Lors de l’inauguration de l’usine marémotrice de la Rance, les principaux acteurs furent salués chacun personnellement par De Gaulle. Arrivé au niveau de Robert Gibrat, De Gaulle lui dit : “Je sais tout de vous, M. Gibrat”, faisant allusion à la fois à la période vichyste et à la Rance où Gibrat avait joué un rôle essentiel. Tout De Gaulle, n’est-ce pas !… Michel Gérard (55)
  •  
  • Cher Hubert, Merci pour ce portrait très complet. Deux petites remarques : Je ne suis que l’arrière-petit-neveu d’Amédée Mannheim, et non son arrière-petit-fils, Je suis tromboniste et non trompettiste (coquille corrigée dans la suite de l’article). C’est vraiment secondaire   Ce qui l’est beaucoup moins, c’est l’émotion éprouvée en retrouvant, dans ta lettre, Jean Coutrot qui avait été camarade de lycée, puis de Promo, de mon père Armand Mayer, et était resté un ami intime. François Mayer (X 45). Coquilles corrigées, avec mes excuses. HLL
  • Bonjour Hubert, Je lis toujours avec intérêt tes portraits. Pour répondre à ton appel je te signale 2 camarades : 1 Jean Muzard X 34 Franco-chilien qui s’est engagé dans l’aviation FFL comme pilote de Spitfire. Mais je n’ai pas beaucoup de détails. 2 Pierre Berest X70 qui vient de mourir. Voir ici. Charles-Henri Pin (56). Fait dans le précédent numéro pour Berest et dans le présent pour Muzard. HLL
  • Bonjour Hubert, merci à toi pour faire connaître mon camarade de promo Jean-Michel Pilc et son oeuvre. Bonne rentrée. Tru (79).
  • ***

Vous connaissez des Xtraordinaires ? Signalez-les moi !

Merci d’avance et bonne lecture

Hubert Lévy-Lambert (X 53), fondateur de X Sursaut

Rejoindre la conversation

4 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :