Portraits de polytechniciens Xtraordinaires #4

« Il ne suffit pas d’entrer à l’X pour sortir de l’ordinaire » d’après Ch. de Gaulle

Actualité oblige, ce mois-ci pas moins de douze X ont défrayé la chronique, depuis Artus jusqu’à Thesmar, sans parler de récidivistes comme le cinéaste Vecchiali ou l’actrice Vinogradova…

  • Patrick Artus (X 70), économiste distingué

Dans Pour en finir avec le déclin, les priorités économiques et sociales de la France [i], Patrick Artus nous propose 6 priorités en matière économique et sociale pour que la France (re)devienne une nation forte et entreprenante et que nous retrouvions confiance et foi en l’avenir, du pouvoir d’achat des plus modestes à la modernisation de notre appareil industriel en passant par la transition énergétique et, en premier lieu, l’éducation et la formation pour ceux qui en ont le plus besoin : les jeunes, les chômeurs, les seniors.

Né en 1951 à Lille, Patrick Artus est sorti de l’X dans le corps des administrateurs de l’INSEE. Directeur de la recherche et des études de Natixis, il a enseigné l’économie à l’X de 1996 à 2011. Il a écrit de nombreux ouvrages depuis Le choix du Système de retraites (1999) jusqu’à La dernière chance du capitalisme (2021) en passant par La France sans ses usines (2011). On attend la suite de ces 3 ouvrages avec intérêt…

  • Karine Berger (X 93), tribunicienne
(c) Le Monde.fr

Unies dans une tribune au « Monde » pour promouvoir les maths auprès des filles, 50 ans après l’entrée fracassante d’Anne Chopinet comme major de la 72, 50 polytechniciennes expliquent que les mathématiques offrent des possibilités de carrières infinies et une rigueur nécessaire dans un monde surinformé. Parmi les signataires, outre Karine Berger, on trouve des Pdg comme Estelle Brachlianoff (X 92) ou Christel Heydemann (X 94) mais aussi Nathalie Kosciusko-Morizet (X 92) dont le nom apparait, bien qu’elle ait quitté la vie politique après avoir lancé la fermeture de Fessenheim lorsqu’elle était ministre de l’environnement en 2011, dans la liste des premières ministrables à côté d’une Xette de la 81 qui, contrairement à son patronyme, n’aurait pas de limites. On en saura plus très bientôt…

Née en 1973 à Limoges dans une famille de professeurs de maths, Karine Berger est sortie de l’X dans le corps des administrateurs de l’INSEE où elle a fait une grande partie de sa carrière. Elle a été député PS des Hautes Alpes et membre de la Commission des finances de 2012 à 2017. Parmi ses violons d’Ingres, on peut citer l’aviation, la peinture et Olivier Messiaen. Elle a écrit plusieurs livres dont Les Trente Glorieuses sont devant nous (2011). Tous les espoirs nous sont donc permis !

  • Patrice Caine (X 89), industrieux
(c) L’usine nouvelle

Est-ce la réponse du berger à la Berger ? Cosignataire avec 30 grands patrons dont Bernard Arnault (X 69), Jean-Laurent Bonnafé (X  81), Christel Heydemann (X 94), Xavier Huillard (X 73 ), Frédéric Oudéa (X  81) ou Patrick Pouyanné (X  83), d’une tribune dans Challenges, intitulée « Sauver les maths », Patrice Caine enfonce le clou dans un entretien au Figaro : « On manque déjà d’ingénieurs dans des domaines de pointe comme la cybersécurité, la ‘data science’ ou l’intelligence artificielle. Demain, on risque de faire le même constat d’une pénurie de compétences dans des disciplines révolutionnaires comme le quantique. » Idem dans un article dans les Echos, cosigné avec Alexandre Saubot (X 86), président de France Industrie : « Donnons aux jeunes l’envie d’industrie ! ».

Né en 1970 à Paris d’un père ingénieur des ponts né en 1936 à Bizerte, Patrice Caine est lauréat à 17 ans du concours général de maths et de physique. Il sort de l’X dans le corps des mines comme son grand frère Stéphane (X 86). Après quelques années dans l’industrie pharmaceutique, la banque, l’administration puis les cabinets ministériels, il entre en 2002 chez Thalès, où il gravit les échelons jusqu’à en être nommé PDG en 2014. Il est aussi président de l’ANRT et vice-président de France Industrie..

  • Benoit Coeuré (X 87), concurrent

Né en 1969 à Grenoble, Benoit Coeuré est sorti de l’X dans le corps des administrateurs de l’Insee. Après quelques années au Trésor, il est nommé membre du directoire de la Banque centrale européenne (2012-19). Nommé en janvier 2022 président de l’Autorité de la concurrence, il a déclaré : “La politique de la concurrence, j’en suis convaincu, est un puissant levier au service du pouvoir d’achat et de la compétitivité de nos entreprises et je tenais à vous dire à quel point je suis honoré et enthousiaste de diriger cette belle institution qui devra relever dans les prochaines années de nombreux défis et jouer pleinement son rôle au service de l’économie française.” Il a écrit plusieurs ouvrages économiques dont Quelles réformes pour sauver l’État ? (avec JP Betbèze, 2011).

  • Rose Dieng-Kuntz (X 75) cover girl
(c) Polytechnique

Première femme africaine à intégrer l’X, Rose Dieng-Kuntz est née en 1956 à Dakar. Sortie de l’X dans les Télécom, elle est la première cheffe de projet à l’INRIA en 1992. Elle investit le web sémantique en 1995 puis l’intelligence artificielle en 2005. Cela lui valut le prix Irène Joliot-Curie de scientifique de l’année 2005. Rose est malheureusement décédée en 2008.

Elle est honorée par l’AX en couverture de la dernière Bible. Plus de détails dans la Jaune et la Rouge 642 (février 2009) [ii].

  • Jean-Baptiste Fantun (X 91), bridgeur fIAble
Photo La jaune et la rouge

Avec Véronique Ventos, Jean-Baptiste Fantun a créé NukkAI, un laboratoire privé spécialisé dans l’intelligence artificielle, dont la spécificité est de proposer des résultats explicables. Démontrée au bridge où il a battu des champions, la capacité de ce système à comprendre la stratégie adverse et à exploiter ses faiblesses intéresse aussi des gens sérieux dans l’industrie, l’éducation, la santé ou la finance. Cliquez ici pour voir l’interview de JBF par Hervé Kabla pour la Jaune et la Rouge de mars 2021 et cliquez ici pour voir son interview du 23 mars 2022 sur BFM TV.

X 1991, agrégé de Mathématique et titulaire d’un DEA d’Intelligence Artificielle, Jean-Baptiste Fantun est entré en 2007 au cabinet du Secrétaire d’Etat chargé de la Prospective et du Numérique puis est devenu Conseiller Diplomatique du Ministre de l’Immigration. Il a fondé en 2010 un cabinet de conseil en relations institutionnelles avant de fonder NukkAI en 2018.

  • Christian Gérondeau (X 57), climatosceptique

Né en 1938 à Paris, fils de Jean Gérondeau (X 24) et père de Guillaume Gérondeau (X 81), Christian Gérondeau est sorti de l’X dans les Ponts et Chaussées. Il a été en 1972 le premier Délégué à la sécurité routière. Il y avait alors 18.000 morts par an sur nos routes ! On lui doit les limitations de vitesse, le port obligatoire de la ceinture de sécurité et du casque de moto. Nommé en 1993 président de l’Union routière de France, il devient partisan du tout-automobile. Il a été président de la Caisse nationale des monuments historiques et un éphémère président de l’AX en 2010. Il a écrit une vingtaine de livres dont La mort inutile (1979), Les danseuses de la République, SNCF… (2004), Ecologie, la grande arnaque (2007), Oui, vous pouvez acheter un Diesel (2019 et, cette année, Les 12 mensonges du GIEC[iii] où il met en cause les conclusions du GIEC concernant l’origine humaine des dérèglements climatiques et Vincennes, ressusciter le château des rois de France [iv] où il se fait fort de trouver auprès de quelques amis philanthropes les 30 M€ nécessaires pour reconstituer le fort de Vincennes tel qu’il était du temps de Charles V, avant que l’Armée n’en démantèle les tours au XIXème siècle, afin d’en faire un grand musée du Moyen Age... Quand il aura fini, j’espère qu’il s’attaquera à la reconstruction des Tuileries scandaleusement détruites par la Commune et qu’il m’aidera à trouver les 12 M€ requis pour faire un grand musée du Monde séfarade…

.

  • Pierre-Olivier Gourinchas (X 87), FMIste

Né à Montpellier en 1968, Pierre-Olivier Gourinchas sort de l’X dans les Ponts puis passe un DEA à l’EHSS (1991) et un PhD au MIT (1996). Il enseigne la macroéconomie et la finance internationale à Stanford, Princeton, Berkeley et travaille pour le FMI qui vient de le nommer chef économiste (janvier 2022). Il a eu le prix du meilleur jeune économiste en 2008, juste après David Thesmar (X 92, voir plus loin).

Lors de la réunion du FMI du 19 avril, Pierre-Olivier a déclaré qu’il ne faut plus compter sur le rebond lié à la sortie de la crise du Covid car la guerre en Ukraine se traduira par un choc important pour l’économie mondiale, particulièrement en Europe du fait de sa dépendance à l’énergie russe. Normalement, grâce à ses centrales nucléaires, la France devrait moins en souffrir que l’Allemagne, très dépendante du gaz russe dont on peut espèrer que le robinet sera bientôt fermé.

  • Christophe Louis Léon Juchault de Lamoricière (X 1824), colonisateur

Né en 1806 à St Philbert de Grand Lieu, près de Nantes, et mort en 1865, Lamoricière sort de l’X dans le Génie, participe à l’expédition d’Alger en 1830. Nommé général en 1840, il participe à la prise de la smala d’Abd El Kader en 1843. Il a ensuite une carrière politique (député de la Sarthe en 1843, ministre de la guerre en 1848). Exilé par Napoléon III après le coup d’Etat de 1851 auquel il s’était opposé, il se porte en 1860 au secours du Saint-Siège menacé par Garibaldi et devient commandant de l’armée pontificale.

Selon wikipedia, «ses actions décisives sur le plan militaire ont contribué à la colonisation rapide de l’Algérie ». Mais ce n’est pas pour cette raison qu’il a l’honneur d’être cité ici, 60 ans après les accords d’Evian, d’autant plus que Christian Marbach lui a consacré un chapitre entier dans Portraits de polytechniciens [v]. Il est ici en raison d’une polémique bien française concernant sa statue, érigée en 1909 à Constantine, mais déboulonnée en 1962 et installée en 1969 à St Philbert de Grand Lieu après quelques années de purgatoire. Mais c’était sans compter sur le journaliste Jean-Michel Apathie, wokiste assumé qui, après avoir dénoncé l’existence d’une école Lamoricière à Paris, milite pour que cette malheureuse statue soit détruite. A quand le tour de l’Arc de Triomphe ?

  • Christian Mégrelis (X 57), poutinophile

Cher Vladimir Vladimirovitch, Voilà trente ans que nous nous sommes rencontrés pour la première fois à la mairie de Léningrad, fraîchement rebaptisée Saint-Pétersbourg. Vous développiez un Comité international pour la renaissance de Saint-Pétersbourg et m’aviez aimablement proposé d’y participer… Cliquez ici pour lire la suite de cette lettre ouverte adressée le 2 mars par Christian Mégrelis à Poutine !

Né en1938 à Chamalières d’un père grec et d’une mère auvergnate, Christian Mégrelis sort de l’X dans l’Armement. Après une carrière à la DGA puis à la BFCE, il prend le contrôle d’EXA, société de promotion des exportations françaises, créée par le patron du Crédit Lyonnais Jacques Chaine, assassiné en 1976 par un anarchiste. Seul économiste étranger dans l’équipe resserrée chargée par Gorbatchev d’élaborer, en 1991, le « Plan des 500 jours » qui devait gouverner la transition stratégique dénommée perestroïka, il raconte son expérience dans « Le naufrage de l’Union soviétique : choses vues » [vi]. Pierre Laszlo lui a consacré une biographie dans la Jaune et la Rouge. [vii]

  • Heorhii Pliatsok (B 21), poutinophobe
Photo Le Parisien

Né en 2001, en 4e année à l’X après ses 3 ans de Bachelor [viii], il est déterminé à partir au front pour s’opposer à l’invasion russe. Des amis ont lancé une cagnotte pour lui financer des équipements de protection.

  • David Thesmar (X 92), économiste de prix

Né en 1972, David Thesmar est sorti de l’X dans le corps des administrateurs de l’INSEE. Après avoir enseigné l’économie à l’ENSAE, à l’X et à HEC, il a été nommé en 2016 professeur d’économie financière au MIT. Il a reçu le Prix du meilleur jeune économiste de France en 2007. Après de nombreux livres dont Le grand méchant marché (2007) ou 10 idées qui coulent la France (2013), il vient de sortir Le prix de nos valeurs[ix]. Ce livre propose d’intégrer la dimension non pécuniaire de nos vies (la liberté, l’identité, l’altruisme, la justice, la culture…) à l’analyse économique. À partir d’une vaste enquête internationale, à laquelle le lecteur peut participer, il cartographie les préférences qui sont déterminantes pour comprendre comment tranchent les citoyens. Ou pourquoi les Français se plaignent d’un pouvoir d’achat déclinant alors que les dépenses publiques explosent. Un complément valable à La vérité des prix que j’ai commis naguère [x].

Bis repetita placent !

  • Paul Vecchiali (53), cinéaste

Après l’inauguration de la salle éponyme et la projection des Ruses du diable ce 26 février au Grand Action, rue des Ecoles, vous pouvez encore voir le 27 avril à 20 h : sortie de son dernier film PAS… DE QUARTIER au Grand Action, le 28 avril à 19 h 45, jour de ses 92 ans, au Méliès, Montreuil, PAS.. DE QUARTIER, le 29 avril : VECCHIALI EN DIAGONALES (2005) puis PAS… DE QUARTIER et le 30 avril à 11 h : au cinéma LE PANTHÉON : EN HAUT DES MARCHES

  • Gala Vinogradova (D 14), actrice

Nous avons présenté dans notre premier numéro cette Docteur de l’École Polytechnique spécialisée dans l’étude des conflits, qui jouait seule en scène au théâtre de Nesle un spectacle sur Audrey Hepburn et Anne Frank : Le journal d’Audrey, Cet émouvant spectacle reprend au Studio Hébertot, 78 bd des Batignolles, les vendredis et samedis jusqu’au 28 mai. Courez-y si vous ne l’avez pas encore vue !

Vous connaissez des Xtraordinaires ? Signalez-les moi ! Merci d’avance.

Hubert Lévy-Lambert (X 53)

A suivre …


[i] Odile Jacob, 2022, 192 p., avec Marie-Paule Virard

[ii] Rose Dieng (75), la première Africaine – La Jaune et la Rouge

[iii] L’artilleur, 2022, 161 p.

[iv] Ed. du Toucan, 2022,

[v] Chapitre 31, de Constantine à Ancône, pp 137-140, illustration de C. Gondard

[vi][vi] Transcontinentale d’éditions, 2020, 261 p.

[vii] La Jaune et la Rouge, 699, octobre 2014, Christian Mégrelis (57), Citoyen du monde – La Jaune et la Rouge

[viii] Pour les bachelors, la promotion est celle d’obtention du diplôme.

[ix] Flammarion, 2022, 272 p, avec Augustin Landier

[x] Ed. du Seuil, Collection Points, 1975, 178 p.

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. Très belle liste, Hubert, le travail de David Thesmar m’a intéressé particulièrement. Et mis a part d’être la dernière, je suis honorée de suivre le talentueux et exceptionnel cinéaste Paul Vecchiali , J’aurais enchéri cette liste déjà parfaite, en rajoutant rajouter « auteur-dramaturge » pour Gala Vinogradova Sassoon 🙂

    J’aime

Laisser un commentaire

Répondre à Gala Vinogradova Sassoon Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :